A sa sortie, le Sony A9 a impressionné tout le monde. Pour la première fois, un hybride arrivait a faire mieux que les reflex haut de gamme. Malgré tout, la copie livré par le A9 n’était pas parfaite et il n’a pas forcement réussi à s’imposer dans les stades. Sony revoit donc sa copie avec le A9 II dont le rôle est principalement d’être un meilleur A9 en comblant les lacunes de la première génération.

Nous allons donc voir que vaut cette nouvelle génération :

  • Comparatif A9 II vs A9
  • Qualité d’image
  • Evolution de la montée en ISO
  • Autofocus en basse luminosité
  • Pourquoi l’AF est dingue
  • Ergonomie du boitier
  • Obturation mécanique performant et mécanisme anti scintillement

 

La vidéo « Test Sony A9 II : Bien plus homogène ! »

→ Cliquez ci-dessous pour démarrer la lecture de la vidéo :

 

Le script de la vidéo « Comparatif Sony A9 II vs Sony A9 »

→ Attention, je vous aide en vidéo et le texte ci-dessous n’a pas vocation a être lu car il a été généré automatiquement. Intéressez-vous plutôt à la vidéo ci-dessus donc 🙂

 

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo. Aujourd’hui, je vous fais le test du Sony A9 marque II. C’est le dernier né de chez Sony. C’est le plus haut de gamme aussi de la gamme hybride alpha et donc on est sur un appareil photo qui est orienté plutôt sur un marché professionnel et qui est orienté surtout sur leurs photos de sport. Vous n’êtes probablement pas sans savoir que l’année prochaine auront lieu les Jeux olympiques de Tokyo. Eh oui à Tokyo, on est quand même dans le berceau des firmes liées à la photo et à la vidéo et chaque constructeur va vouloir avoir son nouvel appareil photo orienté sport et pour Sony c’est le A9 marque II.

Alors clairement ce A9 marque II quand il a été annoncé, j’ai vu pas mal de déceptions aussi bien dans les forums, sur les blogs, auprès des journalistes, déception tout simplement je pense parce que Sony ici a vraiment la volonté de percer au sein du marché professionnel et le marché professionnel, les photographes professionnels, ils ne sont pas séduits par les mêmes arguments que le grand public. Et là où Sony probablement, si Sony avait voulu vraiment convaincre le grand public, mais ils auront probablement augmenté la résolution et augmenté la cadence de la rafale, etc. Le marché professionnel demandait probablement autre chose et c’est pourquoi Sony arrive avec un A9 marque II qui met l’accent sur des détails qu’ignorent complètement le grand public et c’est ce qu’on va essayer de voir ensemble.

Alors ce A9 marque II, il reprend le boîtier qui a été introduit par Sony sur l’A7RIV. Donc, on est sur un grip plus profond, une prise en main qui est vraiment plus agréable. Là, je commence à avoir quelques mois de recul et je peux vous assurer que c’est de loin le boîtier Sony que je préfère. J’aime beaucoup les deux nouvelles molettes qui ont été introduites. J’aime beaucoup la forme de la molette avant qui est orienté vers le haut. J’aime beaucoup aussi le nouveau joystick avec des picots ; les boutons sont très agréables puisqu’ils sont très gros. Vraiment, c’est un boîtier personnellement que j’apprécie. Je ne comprends cependant pas pourquoi Sony n’a pas repris le viseur excellent du A7RIV. Ici le viseur du A9 II n’évolue pas. Il était bon dans le A9, mais il n’est pas aujourd’hui, il existe mieux sur le marché, c’est dommage que Sony ne l’ait pas mis dans ce A9 II.

nouveau boitier A9ii

nouveau boitier A9ii

Pour le reste, on a la tropicalisation qui a été largement améliorée par rapport au A9. Donc, on va avoir des petits joints que vous n’allez pas forcément voir ici sur la vidéo, mais qui ont été ajoutés absolument partout. Toutes les portes qui donnent accès aux différentes connectiques aussi ont été revues avec l’ajout de joint. On sent que lorsqu’on ferme, on compresse les joints. On sent que probablement l’eau va beaucoup moins passer. C’était probablement un des petits points faibles de chez Sony jusqu’à maintenant.

Changement de boitier

Alors ici pour parler des cartes SD, les cartes SD passent maintenant en double UHS-2. Donc, on a un vrai gain au niveau de ça. On n’est plus avec une carte rapide et une carte lente. Ici les deux cartes maintenant seront rapides. Pour le reste au niveau connectique, c’est très complet. Il y a à peu près tout ce qu’on peut demander, une prise casque, une prise micro. On va avoir une prise pour le HDMI, une prise USB pour le recharger, une prise multi par exemple qui va être utilisé pour les télécommandes et on a évidemment les connectiques Ethernet et aussi le port flash.

Sur le dessus, on a toujours ici sur l’épaule gauche la double molette. Alors ici, elle est devenue plus pratique. Si vous rappelez comment s’est été fait sur le A9 I, on était obligé quasiment d’utiliser à deux mains ou à deux doigts en tout cas. Un doigt qui appuyait sur le lockey et un doigt qui faisait bouger. Donc, ce design-là a été changé ici par un bouton poussoir. Donc ici, c’est un bouton poussoir. Quand vous le poussez comme ça, vous pouvez changer. Donc ici en accès direct les modes autofocus et l’entraînement qui est ici sur la molette du haut. Donc, c’est le seul Sony qui a une double molette comme ça sur l’épaule gauche. Pour le reste, on a le très grand classique avec tous les boutons personnalisables et vraiment ça ne vous changera pas de toutes vos habitudes.

Autofocus plus rapide ?

Sony a fait le choix de reprendre le capteur et le processeur de la première génération. On a toujours un capteur empilé avec mémoire intégrée. On a la résolution qui ne bouge pas par rapport à la première génération. On est toujours sur 24 millions pixels. On aura globalement exactement la même qualité entre la première génération et la deuxième génération. Ensuite, on garde le même obturateur électronique avec la même cadence de rafale à 20 images par seconde. Obturateur électronique qui vous permet de prendre des rafales sans aucun black-out. Le black-out, c’est le fait d’avoir le rideau, notamment lorsque vous êtes en obturateur mécanique qui descend pour prendre des photos et qui quelque part vous coupe la vue et vous rend plus difficile le suivi d’un sujet.

Là, on va le voir en vidéo, mais à aucun moment vous ne perdez la vue sur votre sujet, donc c’est beaucoup plus facile de le suivre. On a toujours ce buffer quasi illimité, on est à 360 et une image si vous faites du JPG et 239 raw. Vous êtes capable d’enchaîner une rafale avec 239 raw. C’est absolument énorme et c’est en ça que l’appareil photo est vraiment orienté vers le sport et tout est fait pour le sport dessus. Alors malgré tout, le A9 était un appareil photo qui n’était pas sans défaut. Je l’ai dit dès qu’il est sorti lorsque j’ai fait le premier test, lorsque j’ai parlé la première vidéo sur le A9, il y a plus de deux ans en arrière, je vous avais dit qu’une des choses qui me décevaient dans le A9, c’est le fait que l’obturateur mécanique était limité à une rafale de 5 images par seconde. On ne peut pas prétendre faire du sport et avoir un obturateur mécanique à 5 images par seconde.

UHS II

UHS II

Il y a trop de situations où l’obturateur mécanique est meilleur que l’obturateur électronique. Clairement aujourd’hui, un obturateur électronique, vous n’êtes pas capable de faire du flash avec. Et surtout lorsque vous faites du sport, vous êtes probablement confronté à des environnements intérieurs. L’éclairage n’est pas toujours génial. On a des lumières, des néons qui vont scintiller, ce genre de choses-là. Et avec un obturateur électronique, ce n’est pas terrible tout ça. Eh bien là justement, Sony a travaillé sur ça.

Donc, on a un obturateur mécanique maintenant qui vient se mettre à 10 images par seconde. Pour faire du sport 10 images par seconde c’est déjà quand même pas mal. Et surtout Sony a introduit un nouveau mode anti flickering, donc en fait anti-scintillement. C’est-à-dire que l’appareil photo va venir détecter la fréquence de rafraîchissement de l’éclairage et il va se synchroniser par rapport à cette fréquence-là de façon à ce que vous n’ayez pas cet effet scintillement sur vos photos.

Comparatif A9 Première génération vs A9 II

Je vais vous le montrer en vidéo. Mais ça clairement, je pense que c’était quelque chose qui était très demandé par les professionnels parce que c’est bien joli l’obturateur électronique, mais aujourd’hui on n’est pas capable de tout faire avec l’obturateur électronique et justement l’appareil photo va devenir beaucoup plus complet si on a à la fois un super obturateur électronique qui permet de prendre des photos à une cadence folle, mais aussi en secours un obturateur mécanique sur lequel on va pouvoir compter lorsque les conditions sont difficiles.

Justement en parlant de conditions difficiles, Sony a fait le choix de ne pas modifier la résolution de ce capteur. Je pense que probablement les photographes de sport ont indiqué à Sony qu’ils n’étaient pas forcément intéressés pour avoir des photos de 36 millions de pixels ou de 40 millions de pixels dans lesquelles ils viendraient. Ça alourdit énormément le flux de travail et ici, c’est un appareil photo qui est justement pensé pour accélérer le flux de travail. Donc 24 millions de pixels, c’est probablement le switch pot comme on appelle en anglais la meilleure résolution entre un compromis qui permet d’enchaîner des images de ne pas avoir des fichiers qui sont trop lourds et en même temps d’avoir une belle qualité d’image.

Donc, on a ce cet obturateur mécanique, cet anti flickering et en plus Sony a amélioré les photos à haut iso. Je vous le montrerai encore une fois tout à l’heure en vidéo. Mais Sony a fait un effort au niveau des hauts iso et on a une meilleure qualité d’image au fur et à mesure qu’on monte dans les iso. L’appareil photo est toujours compatible avec un grip. Donc là aussi, si vous voulez une autonomie quasiment illimitée, vous mettez le grip, vous avez trois batteries et on en parle plus. Et surtout ce que Sony a bossé, c’est la connectivité. Et là, la connectivité c’est sûr que le grand public n’en a rien à faire. Pour autant les professionnels, eux, ils vont vraiment y trouver leur compte.

Connectivité amélioré

Dans le sens où l’Ethernet qui était à 100 mégabits, il est passé à 1000. Donc, on est en basse t maintenant, donc on va aller 10 fois plus vite au niveau de l’Ethernet. Le WiFi qui était en 2.4, il est passé en cinq. Donc là aussi, toutes les connectivités ont été accélérées. On a un meilleur mode connecté que ce qui était proposé avant. On a un mode ftp aussi qui va permettre aux professionnels de déverser le plus rapidement possible ses photos. Et tout ça, ça va permettre d’accélérer le flux de travail.

Moi, j’ai fait un petit test juste pour me marrer parce que je n’utilise pas l’Ethernet à part une agence de presse, je pense qu’il n’y a pas grand monde qui a besoin de l’Ethernet sur son appareil photo, mais j’ai fait un petit test. Lors d’une rafale par exemple, imaginons que vous avez 1000 photos à communiquer à quelqu’un, c’est sûr que de passer d’un Ethernet 100 à un Ethernet 1000, ça change vraiment la donne. Et au niveau du de la vitesse de transfert, ça s’accélère vraiment.

En plus de tout ça, Sony a mis le voice memo, donc le mémo vocal qui va vous permettre en plus, il y a une fonction qui transforme votre voix en texte qui vous permet d’accompagner votre image par exemple d’une légende. Vous avez juste comme ça à parler à votre appareil photo et lorsque vous envoyez la photo, vous avez le fichier sonore qui accompagne la photo qui quelque part va décrire votre photo. Ou s’il y avait quelque chose de particulier avec cette photo, les instructions pour le développer, etc. En tout cas votre photo va être accompagnée d’instructions et ça aussi apparemment c’était une vraie demande des photographes professionnels.

AF electronique

AF electronique

Tout ça pour dire que certes Sony n’a pas amélioré tous les chiffres clinquants, n’a pas amélioré l’autofocus. C’est le même autofocus que la première génération, même obturateur électronique, même capteur, etc. Mais d’un autre côté, tous les petits défauts qui faisaient que l’A9 n’allait pas forcément percer auprès de professionnels, ici ils ont été vraiment améliorés. Alors, j’ai pu utiliser l’A9 II au cours d’un match de foot d’une équipe locale à côté de chez moi, mais je n’ai pas les droits de diffusion, je n’ai pas du tout le droit de vous montrer les photos de ce match.

Donc, j’ai fait comme d’habitude les séquences que moi, je retrouve représentatives de ce que peut donner comme performance ce A9 II, même si évidemment j’aurais préféré le faire dans un stade de façon à vous illustrer ça encore de manière meilleure. Mais pour tester un autofocus, je vous garantis qu’une balançoire, c’est excellent. Prenez votre meilleur appareil photo, prenez votre meilleur objectif, mettez-vous en face d’une balançoire, essayez de faire des rafales et comptez le nombre de photos nettes. Si la profondeur de champ est petite, je vous garantis qu’il n’y a pas beaucoup d’appareils photo au monde qui sont capables d’avoir des bons résultats.

Et ici, c’est un peu ce que j’ai voulu tester. Alors ici, je suis en biais. Pour tester un autofocus, il faut tout tester, tester lorsque vous avez des mouvements où la distance ne change pas, lorsque vous êtes en face, lorsque la distance va changer tout le temps, lorsque votre sujet tourne. C’est vraiment des tests qui sont intéressants parce que quand ça tourne, il y a des changements de direction. C’est vraiment, il y a des changements de vitesse et de direction.

Vitesse d’autofocus

Donc ici, je vous le montre en l’occurrence lorsque je suis un peu de biais. Regardez, ici ça ne se voit pas, mais je suis en train de prendre des photos. Si vous regardez bien, vous avez un cadre qui clignote sur le côté et en fait c’est le témoin comme quoi je suis en train de prendre des photos. Donc, c’est ça la fameuse visée directe sans jamais perdre votre cible. En plus de tout ça ici, vous pouvez voir à quel point malgré un mouvement assez important, regardez, on ne perd jamais quasiment l’œil. C’est une dinguerie.

Alors ici, je vous le montre justement avec un sujet qui tourne. Alors au début, ça ne tourne pas vite. Malgré tout, vous voyez, on perd l’œil. Il reprend. Ici, ça tourne un peu plus vite et l’appareil photo ne perd tout simplement jamais sa cible. Donc c’est vraiment on ça que l’A9 est particulier. Je vous encourage puisque ça, c’est des tests que vous pouvez faire avec votre appareil photo un peu partout. Ici, on a ce fameux cadre qu’on voit ici qui clignote, qui est un témoin finalement que je suis en train de prendre une rafale. Et essayez chez vous d’aller dans un terrain de jeu comme ça avec votre enfant et de faire une rafale, vous allez vous en rendre compte à quel point c’est difficile de faire ce genre de tracking et d’avoir ce genre de photos absolument nettes les unes après les autres.

AF parfait

AF parfait

Donc ici, ça tourne, voilà. Maintenant, je suis quasiment de face. Ici, je suis avec un objectif 135mm plein format fermé à 1.8. Autant vous dire qu’on a une profondeur de champ qui est extrêmement réduite. Là aussi, c’est un test qui est très intéressant puisque lorsque vous avez une petite profondeur de champ, il faut à tout prix que l’autofocus se réajuste en permanence sinon toutes vos photos vont être floues. Prenez encore une fois, faites le test avec l’appareil photo dont vous pensez avoir le meilleur autofocus. Faites ce test-là, vous allez voir que quasiment aucune des photos sera nette.

Et ici ce A9, regardez, il se paye le luxe quel que soit le moment où je l’arrête. Regardez à quel point Élodie qui est juste derrière, elle et à 1,50m globalement. Elle est dans un bokeh le plus profond du monde parce que la mise au point, elle suit extrêmement bien. C’est en cela qu’il est vraiment impressionnant ce A9. En plus, il se paye le luxe dans plus de faire suivre la mise au point d’arriver à faire suivre l’œil, vraiment c’est quelque chose qui est extrêmement performant.

L’A9, contrairement à tous les autres appareils de la gamme Sony, il a en plus un obturateur électronique qui n’est pas juste là pour faire de la prise silencieuse. Les autres obturateurs électroniques sur les autres appareils photos, ils sont limités à 1/8000e de seconde. Ce A9, ce n’est pas le cas. Ce A9, il est capable d’aller à 1/32e de seconde. Donc, c’est un vrai obturateur électronique qui lorsqu’il y a beaucoup de soleil vous permet en plus d’avoir une obturation beaucoup plus rapide que ce que peut permettre l’obturateur mécanique.

Meilleur autofocus au monde

Voilà, encore une fois de face, vous pouvez voir à quel point ça suit et je peux vous assurer que les photos si on les examine les unes après les autres, elles sont à 90% nettes alors que les conditions de prise de vue sont extrêmement difficiles. En parlant de conditions de prise de vues difficiles, j’ai testé par exemple, j’avais un cirque à proximité, je me suis dit : on va aller dans un cirque. Dans un cirque en général, on trouve des sujets qui bougent pas mal et on est surtout dans des conditions de basse luminosité extrême. En fait quelque part, ce que je me demandais si est-ce qu’en basse luminosité, il est toujours capable de suivre avec la même vélocité.

Et la réponse, elle est globalement oui. Quel que soit le sujet que vous suivez en basse luminosité, ça suit quasiment aussi bien qu’en bonne luminosité. Et hier encore une fois, c’est vraiment méga impressionnant parce que je peux vous assurer que, je ne vais pas citer d’autres marques, mais je peux vous assurer d’avoir essayé de faire les mêmes tests ne serait-ce qu’avec un Sony A7 III, ça ne suit pas du tout. Alors que là avec un A9, regardez, là on est à 12800 iso au niveau des iso et on peut voir qu’il y a du grain absolument partout tout simplement parce qu’il n’y a pas de lumière. L’appareil photo, il est en train de crier famine et malgré tout, regardez, l’autofocus suit extrêmement bien, quel que soit le mouvement. Ça suit, ça passe d’un œil à un autre. Le parapluie passe devant les yeux, ça reprend.

AF basse lumière

AF basse lumière

Si on est de côté, on ne voit plus les yeux. Ça marche aussi. On n’est pas perturbé par des spots qui pourraient être lumineux ou des sources de lumière. Ici, vous allez voir, il va sauter. Et même pendant le saut, vous voyez, ça suit. Et même pendant le saut, ça suit de a à z, vraiment c’est quelque chose qui marche extrêmement bien. Chose qui m’avait lorsque je suis allé en Toscane il n’y a pas très longtemps avec l’A7R III, j’ai été embêté justement par le scintillement à l’intérieur. Je ne sais pas si en Italie on a la même fréquence de rafraîchissement qu’en France. En tout cas, j’ai été vraiment embêté parce par ce genre de phénomène et lorsque vous avez des néons de mauvaise qualité, vous pouvez avoir des traînées.

Obturateur mécanique vs électronique

En fait, ça fait comme des bandes quand vous faites des rafales. Vous voyez les bandes de luminosité qui vont passer. Alors ici, je ne sais pas si vous le voyez dans la vidéo, moi ici je le vois à l’écran, mais c’est vraiment gênant et ça pourrit complètement vos photos. Et ici Sony met le mode, anti-scintillement que vous pouvez activer sur on en obturateur mécanique. Et en fait, lorsque vous allez prendre la prise de vue, vous allez la voir ce petite indication flicker qui apparaît à l’écran et qui vous dit qu’il a détecté un scintillement et qu’il est en train finalement de se synchroniser avec la fréquence de rafraîchissement de l’éclairage de façon à ne plus avoir ces bandes-là.

Et si maintenant lorsque je fais une rafale et que je repasse en revue mes photos, j’ai absolument ce phénomène de bandes qui a complètement disparu par rapport au fait d’avoir désactivé cette fonction. Alors, c’est une fonction qui n’est pas possible évidemment en obturateur électronique. C’est pour ça que c’était important pour Sony de passer de 5 images par seconde à 10 images par seconde.

anti scintillement

anti scintillement

Alors séquence suivante, je ne sais plus s’il y en a une, ah oui je l’ai testé aussi un peu en animalier. Alors, c’est là qu’on voit que ce n’est pas encore parfait. Ici, j’ai testé par exemple avec un suivi d’oiseaux en vol sur un arrière-plan qui est extrêmement chargé. Je ne vous montre pas sur du ciel bleu parce que sur du ciel, ça a marché extrêmement bien. Mais là, regardez, ici ça suit, ça suit, ça suit et au bout d’un moment, on ne sait pas trop pourquoi, ici il l’a perdu. Donc, je ne vous en montre pas d’autre parce que voilà vous avez compris. Mais tout ça pour dire qu’il y a toujours une marge de manœuvre. On est à 90 % de bonnes photos lorsqu’on fait des cas complètement extrêmes et lorsqu’on fait un suivi par exemple d’oiseaux, etc., ça perd de temps en temps sa cible évidemment.

Alors, si on voulait regarder quelques photos de manière générale, il n’y a pas grand-chose à dire sur la qualité des photos. Elles sont d’une qualité sublime. On est sur du 24 millions de pixels. Les objectifs Sony sont largement capables d’aller au-delà puisqu’ils répondent à du 61 millions de pixels sur l’A7R IV, donc il n’y a pas de questions à se poser. Ici, la force de l’appareil photo, c’est le fait d’être capable de rafraîchir la mise au point même dans les mouvements qui sont extrêmement rapides et avec une petite profondeur de champ voilà, cet appareil photo là, quel que soit l’objectif que vous lui proposez, il va se régaler.

Rafale incroyable

Donc, ce qui est marrant c’est de voir un peu les films quelque part, les films que ça va créer. Regardez ici, on a l’impression que j’ai pris une vidéo presque. Donc, on est à 20 images par seconde au lieu de 25 images par secondes, si j’avais une vidéo. Enfin, regardez, ça fait quasiment une vidéo et elle dure extrêmement longtemps. C’est ce que j’appelle le buffer infini. Vraiment, c’est les qualités de cet appareil photo-là, c’est les qualités, je pense, à mettre en avant avec cet appareil photo-là.

Sony a travaillé sur l’amélioration de la qualité d’image à haute sensibilité et le résultat est plutôt probant. Ici, je vous ai mis la deuxième génération de l’A9 en haut et la première en bas. Et clairement, enfin en tout cas sur l’écran moi ici en zoomer, je peux vous assurer qu’on voit bien la différence entre la première génération et la deuxième génération. Et je me suis même posé la question du coup, qu’est-ce que ça donne par exemple face au A7 marque III et c’est globalement meilleur que l’A7 marque III. L’A7 marque III est ici en bas alors que l’A9 II est en haut clairement on voit beaucoup plus de détails à l’intérieur du A9 marque II. Je vous montre ici un autre endroit, mais il y a plus de détails sur l’image en haut que sur une image en bas. Bref, Sony a fait du bon boulot en tout cas à ce niveau-là et au niveau de la haute sensibilité, il y a un vrai gain globalement sur les photos.

animalier

animalier

Voilà ce que je pouvais vous dire sur l’A9 marque II. Globalement, Sony a plutôt réussi son coup. Je trouve qu’effectivement on voit qu’il n’y a pas eu de révolution. Ça pourrait même peut-être s’appeler un A9 S au lieu d’un A9 marque II. Mais enfin, Sony a clairement évolué, là où il était un peu faible et on a un appareil photo qui est beaucoup plus équilibré probablement que si Sony avait juste changé la résolution et avait repris les mêmes fonctionnalités que l’A9.

Donc pour moi, c’est plutôt un bon coup. Alors, c’est sûr que le grand public si vous êtes un grand public probablement que l’A9 première génération vous suffit, tant mieux, il vient de baisser de prix. Mais si vous êtes un pro, probablement que la deuxième itération sera un appareil photo beaucoup plus complet qui, quelles que soient les conditions de luminosité que vous allez rencontrer, il va répondre présent.

Merci à Sony France pour le prêt de ce A9 II. Moi, je vous retrouve bientôt dans une nouvelle vidéo. Si vous l’avez apprécié, n’hésitez pas à me lâcher les deux pouces levés vers le haut et dites-moi en commentaire qu’est-ce que vous pensez de ce A9 II. Je pense qu’il ne faut pas le lire sous le prisme grand public et que clairement la suivre ici c’était vraiment les professionnels. Merci et à bientôt dans une nouvelle vidéo. Salut !