Avec sa nouvelle série « I-series », Sigma inaugure une gamme d’objectifs qui sort de l’ordinaire. La preuve, ce Sigma 65 mm f2 DG DN Contemporary est un objectif particulier qui m’a agréablement surpris. Compact, léger et lumineux, il est idéal pour les photos de portrait. Pour en savoir plus, voici le test complet du Sigma 65mm f2. 

 

Le test du Sigma 65mm f2 DG DN Contemporary en vidéo

 

Les caractéristiques du Sigma 65mm f2 DG DN Contemporary 

Commençons par la fiche technique de cette focale fixe : 

  • Dimensions : 72 x 74,7 mm 
  • Poids : 405 g 
  • Ouverture maximale : f/2
  • Ouverture minimale : f/22
  • Construction optique : 12 éléments répartis en 9 groupes
  • Rapport de reproduction : 0,15 x 
  • Distance de mise au point minimale : 55 cm
  • Diamètre du filtre : 62 mm 
  • Stabilisation : non 
  • Pare-soleil : inclus dans la boîte 

Un design qui sort de l’ordinaire 

Grâce à sa construction tout en métal, cet objectif Sigma est digne d’un objectif très haut de gamme. Les matériaux utilisés respirent la qualité, on sent qu’on est sur du fait main. Comme d’habitude, on retrouve deux bagues : 

  • Une pour l’ouverture, crantée et graduée. Elle possède une résistance pour passer en mode auto, mais elle n’est malheureusement pas clickless. 
  • Une autre pour la mise au point. 

La grande nouveauté, c’est surtout l’ajout d’un bouchon magnétique. Très agréable à utiliser, ce type de bouchon facilite l’utilisation des filtres. Le seul inconvénient, c’est qu’il est assez difficile de l’enlever sans retirer le pare-soleil. Mais si vous n’utilisez pas de pare-soleil, ça ne sera pas gênant. En bref, Sigma a eu une excellente idée ! 

Une focale intermédiaire 

Une focale de 65 mm n’est pas habituelle. On trouve souvent des 50 mm et des 85 mm, mais rarement un entre-deux. C’est donc parfait pour les gens qui trouvent le 50 mm un peu court, et le 85 mm légèrement trop long. 

Cette longueur de focale s’utilise principalement pour du portrait. Son ouverture à f2 permet en plus de jouer avec une faible profondeur de champ et d’éviter de trop monter dans les ISO. Et comme elle se distingue de ce qui se fait actuellement sur le marché, elle est bien plus attrayante ! 

Des performances optiques dignes d’un objectif haut de gamme 

Un objectif à portrait doit à la fois avoir un beau piqué, être homogène, et offrir un bokeh assez doux. Le challenge est-il relevé ? 

Analyse du piqué

Sans surprise, le piqué est absolument étonnant. Même sur le A7R IV, la qualité est irréprochable. 

À ISO 8000 en intérieur, toujours cette même qualité

À f8, quel que soit l’endroit où vous regardez dans la photo, l’homogénéité est presque parfaite entre les extrêmes, les côtés ou le centre. Et c’est exactement ce qu’on attend d’une focale fixe ! Que ce soit au niveau du rendu des couleurs ou du contraste, c’est un sans faute. J’étais vraiment surpris par la qualité obtenue. Avec une ouverture f2, je m’attendais plutôt à une optique milieu de gamme, mais ce n’est vraiment pas le cas ! 

Sur une mire, les résultats sont similaires : on est au maximum du piqué dès la pleine ouverture et l’homogénéité est quasiment parfaite. 

Le bokeh 

Très doux et diffus, avec des billes bien rondes (y compris sur les côtés), ce type de bokeh est idéal pour des photos de portrait.

Les défauts optiques 

Ce Sigma 65mm f2 a très peu de défauts optiques : 

  • Vignettage : il n’y en a quasiment pas (un peu à pleine ouverture, mais ça disparaît dès f2.8). 
  • Aberrations chromatiques : le seul défaut de cet objectif. On en trouve quelques-unes et elles ne disparaissent pas selon les ouvertures. 
  • Distorsion : elle se corrige très facilement donc ce n’est pas vraiment un problème. 

Un autofocus impossible à piéger

Sur une série de rafales, je n’ai pas eu une seule photo floue. Et en plus, le piqué reste toujours aussi exceptionnel. Rien à signaler ! 

Comparaison avec le Sony FE 55 f1.8 et le FE 85 f1.8

Par curiosité, j’ai voulu le comparer avec le Sony FE 55 mm f1.8 et le FE 85 mm f1.8. La différence de gamme est bien visible. Le Sigma est celui qui offre le meilleur bokeh, contrairement au 55 mm (en haut à droite) qui délivre un bokeh agressif avec des billes un peu carrées. Quant au 85 mm 1.8 (en bas à gauche), ses billes manquent de rondeur. 

Et pour la qualité du piqué, c’est la même chose : le Sigma est nettement supérieur. 

Ce qu’il faut retenir du test du Sigma 65mm f2 DG DN 

Cette focale fixe est une excellente surprise. Aucun compromis n’est fait, excepté un poids un peu élevé à cause du métal et quelques aberrations chromatiques. Grâce à ses nombreux atouts, elle sort vraiment du lot : 

  • Une longueur focale de 65 mm qui offre un parfait compromis entre un 50 mm et un 85 mm ; 
  • Une construction en métal et un bouchon magnétique ; 
  • Des performances optiques étonnantes, aussi bien au niveau du piqué, du bokeh et de l’autofocus. 

Je ne peux que vous recommander ce Sigma 65mm f2 ! 

Et vous, que pensez-vous des focales de 65 mm ? Est-ce que ça vous intrigue ?