Avec la nouvelle série « I-series », Sigma lance une gamme d’objectifs originaux de par leur conception en métal. Ce Sigma 35mm f2 DG DN Contemporary vient défier le Sony FE 35mm f1.8. Lequel deviendra le 35 mm de référence pour les hybrides Sony ? 

 

 

Les caractéristiques du Sigma 35 mm f2 DG DN 

Avant de commencer, faisons le point sur sa fiche technique : 

  • Type de monture : Sony E 
  • Dimensions : 70 x 67,4 mm (diamètre x longueur) 
  • Poids : 325 g 
  • Ouverture maximale : f/2
  • Ouverture minimale : f/22
  • Rapport de reproduction : 0,18 x
  • Construction optique : 10 éléments répartis en 9 groupes (dont 3 verres asphériques et 1 verre SLD) 
  • Distance de mise au point minimale : 27 cm 
  • Diamètre du filtre : 58 mm
  • Tropicalisation : oui 
  • Stabilisation : non 
  • Pare-soleil : inclus dans la boîte 

Notez aussi que cette nouvelle série Sigma inaugure un capuchon d’objectif conçu uniquement en métal. Comme il est magnétique, il peut se clipser facilement sur l’objectif. Mais attention, il n’est pas compatible avec l’utilisation d’un pare-soleil (c’est quasiment impossible de l’enlever si le pare-soleil est monté). Un porte-capuchon magnétique est également vendu séparément si vous le souhaitez. 

L’intérêt d’une focale de 35 mm 

Très polyvalente, cette focale convient très bien pour de la photo de rue ou de reportage. Je l’utilise un peu moins en portrait, mais je sais que certains photographes ne jurent que par le 35 mm. Dans ce cas-là, ce type d’objectif conviendra plutôt pour du portrait environnemental dans lequel il faut rester à distance du sujet. Sinon, les traits du visage risquent d’être déformés. 

Test du Sigma 35mm f2 DG DN sur le terrain 

Les angles de vue 

L’ouverture f/2 permet de bien jouer avec la profondeur de champ tout en montrant l’environnement autour du sujet.

Il convient aussi très bien pour les photos d’intérieur, mais il faudra quand même monter dans les ISO (contrairement au Sigma 35mm f1.2). 

La distance de mise au point relativement contenue permet de faire de gros plans avec un joli bokeh. Sigma vous propose un objectif compact avec une ouverture f/2, mais avec une qualité de bokeh digne d’un objectif f1.4. 

La qualité du piqué 

J’ai testé le piqué sur quelques photos de mire avec le Sony A7R IV. 

f/2

f/4

Le piqué est moins fabuleux que sur le 65mm f2. En étant à pleine ouverture sur un capteur haute définition de 61 Mpx, le niveau est correct sans être excellent pour autant. 

Sur le A7R IV, il va plutôt falloir fermer à f4 pour gagner en piqué. Mais rien d’anormal, le Sony FE 35 mm f1.8 a lui aussi du mal à exploiter pleinement les 61 Mpx du A7R IV. En revanche, cet objectif Sigma s’en sort bien mieux sur un A9 de 24 Mpx ou un A7 III. Sur ces capteurs standard, le piqué est superbe dès la pleine ouverture. Il a également une bonne homogénéité, qui s’améliore encore plus en fermant à f/4. 

Les défauts optiques 

Dans l’ensemble, il est plutôt résistant aux différents problèmes optiques : 

  • Flare : peu présent, la lumière est joliment diffusée. 
  • Vignettage : plutôt sensible à ce phénomène, qui a d’ailleurs du mal à disparaître en fermant l’ouverture. 
  • Aberrations chromatiques : il y’en a moins que sur le Sigma 65 mm f2. 
  • Distorsion : assez prononcée, mais elle se corrige facilement dès f2.8. 

Les performances vidéo et l’autofocus 

Cet objectif convient très bien pour une utilisation vidéo. La mise au point est silencieuse, il n’y a pas de pompage ni de focus briefing, le passage de l’avant-plan à l’arrière-plan est fluide… Rien à rajouter ! Et en plus, le système autofocus est absolument parfait. 

Mon avis sur ce Sigma 35mm f2 

Sigma nous livre ici une très bonne copie qui rivalise avec les meilleurs objectifs du marché. Il est presque meilleur que son concurrent, le Sony FE 35 mm f1.8 : bokeh plus doux, moins cher et plus compact. 

Si vous cherchez une focale de 35mm f2, je vous conseille sans hésiter. Mais la star des objectifs 35mm en monture Sony, ça reste quand même le Sigma 35 mm f1.2. Il est beaucoup plus gros, mais il offre un meilleur piqué, un bokeh plus prononcé, et surtout, une ouverture ultra lumineuse ! 

Alors, qu’en pensez-vous ?