En collaboration avec Sigma FRANCE, je vous présente le nouveau Sigma 100-400 F5-6.3 DG GN OS CONTEMPORARY pour monture Sony. Durant mes derniers voyages photo, j’ai eu l’occasion de le mettre à l’épreuve : qualité optique sur un A7 III et un A7R IV, autofocus, défauts optiques, mode vidéo… J’ai tout passé en revue ! Alors, c’est plutôt un objectif haut de gamme ou moyen de gamme à votre avis ? La réponse dans ce test complet du Sigma 100-400. Mais avant de commencer, voici quelques liens qui pourraient vous être utiles : 

 

Le test Sigma 100-400 pour Sony en vidéo

Les utilisations d’une focale 100-400mm

Ce type de focale est un complément idéal aux focales 24-70mm Sony ou 24-105mm. C’est ce qui vous permettra de partir léger avec deux objectifs seulement, tout en restant polyvalent. En fait, le 100-400mm est un équivalent d’un 150-600 si vous le montez sur un boîtier de la gamme A6000. Même sur un boîtier plein format, vous avez le mode super 135 qui vous permet de croper votre image pour avoir un cadrage APS-C.

Cet objectif offre donc une grande polyvalence : vous pourrez partir en balade juste avec lui pour photographier tout ce dont vous avez envie. Durant mes trois stages photo, j’ai pu faire beaucoup de choses avec cet objectif : paysage, portrait, photo de rue volée, animalier (un de ses terrains de prédilection), proxi macro, etc. Vous n’allez pas vous ennuyer ! 

Présentation du Sigma 100-400mm f5-6.3 

Une nouvelle conception et une construction irréprochable 

Ce nouvel objectif Sigma ne reprend rien de l’ancienne version pour reflex. Tout est nouveau ! Il est composé de : 16 groupes, 22 éléments, une lentille FLD et 4 lentilles LCD. Résistant à la poussière et aux intempéries, on est vraiment sur un objectif haut de gamme. Pour un 100-400, il est également très léger avec ses 1 135 grammes. De plus, c’est un objectif pourvu d’une stabilisation de 4 stops. Notez toutefois qu’il n’est pas vendu avec un pied de collier d’origine. Il faudra le rajouter en option si nécessaire.

Test Sigma 100-400

Quant à la construction, il n’y a rien de particulier à signaler. C’est un objectif haut de gamme en monture native Sony. La bague de mise au point et de zoom sont inversées par rapport à l’ordre habituel, mais c’est vraiment un détail. Avec le zoom, c’est la même chose : le sens de rotation n’est pas le même, il faut tourner vers la gauche pour zoomer, et vers la droite pour dézoomer. Il comporte aussi un caoutchouc qui s’enlève pour ajouter le collier de trépied.

À l’avant, vous avez une lentille compatible avec des filtres de 67mm de diamètre. Pour la mise au point, elle peut se faire à partir de 1m12 avec la focale de 100mm et 1m6 à 400mm. De plus, cet objectif est vendu avec un pare-soleil et une housse de transport de qualité. Il sera disponible début juillet, pour environ 1 000 €. 

Ce que je pensais de la gamme Contemporary

Au départ, je croyais que cette gamme était moins réputée que la gamme Art de chez Sigma, qui était pour moi du milieu de gamme. Et pourtant, Sigma m’a indiqué que je me trompais. Avec la gamme Contemporary, Sigma veut corriger cette image et prouver au public qu’il s’agit bien d’objectifs haut de gamme. J’ai d’ailleurs été bluffé par les résultats, mais vous allez pouvoir en juger par vous-même. 

Test du Sigma 100-400 : ce qu’il vaut sur le terrain

Pour mettre ce nouvel objectif Sigma à l’épreuve, je suis allé dans 3 environnements très différents : Valensole, la Camargue et la Côte Vermeille. C’est ce qui m’a permis de tester beaucoup de choses, qui plus est dans des paysages magnifiques. Je ne lui ai rien épargné ! Qualité optique avec les 61 Mpx du A7R IV, autofocus incroyable du A9, poussière, eau, couchers de soleil… J’ai vraiment eu le temps de voir ce qu’il avait dans le ventre. Sachez que toutes les photos que vous allez voir sont d’origines, telles qu’elles sont sorties du boîtier. Je n’ai appliqué aucune retouche, et ce sont souvent des JPEG. 

Une qualité optique épatante aussi bien à 100mm qu’à 400mm 

J’ai commencé avec des photos de mire, et c’est la première claque que je me suis prise ! Et pourtant, j’ai d’abord testé avec le A7 III. Comme c’était déjà parfait, j’ai voulu aller plus loin avec le capteur haute résolution du A7R IV pour voir s’il avait des faiblesses. Eh bien je n’en ai pas vu ! On est sur un objectif homogène, avec un piqué exceptionnel aussi bien au centre que sur les côtés, même à pleine ouverture. En fermant l’ouverture, la qualité ne varie pas énormément. Vous verrez très peu de différences entre du f5 et du f8. 

Peu de différences de piqué entre F5 et F8

F11 et F16

À f11 et f16, la qualité est toujours superbe, même en zoomant à 100 %. L’objectif résiste bien à la diffraction, et ça tombe bien parce que je l’ai beaucoup utilisé à ces ouvertures. Avec une focale de 100-400mm, vous avez forcément une petite profondeur de champ, donc vous aurez tendance à fermer l’ouverture pour agrandir la profondeur de champ. 

Le piqué à 400mm

Et à 400mm, qu’est-ce que ça donne ? On conserve aussi une excellente qualité avec énormément de détails. Je n’ai pas réussi à lui trouver de défauts : homogénéité, joli contraste, rendu des couleurs, résolution au centre… Une belle réussite ! Pour chipoter un peu, le piqué est tout de même légèrement moins bon sur les côtés avec la focale de 400mm, mais c’est vraiment de l’ordre du détail. 

Voici quelques images sur le terrain pour vous montrer ce que ça donne en pratique. 

En regardant mes photos, j’ai vraiment été impressionné par le résultat. La qualité est tout simplement incroyable, et ce dès la pleine ouverture. C’est un objectif avec lequel je me suis régalé ! Quelles que soient les conditions, il a toujours répondu présent et ne m’a jamais fait défaut.

Un système autofocus sans défaillance 

J’attendais beaucoup de l’AF et j’ai été très exigeant. Le tracking va-t-il bien fonctionner ? La détection des yeux et des visages est-elle aussi performante que sur les objectifs Sony ? Le Sigma 100-400mm f5-6.3 est-il capable de suivre la cadence infernale de rafale du A9 ? C’est un grand oui ! Je n’ai rien à lui reprocher. Le tracking fonctionne aussi bien que sur les objectifs Sony, même sur de l’animalier. 

En zoomant à 200 %, peu importe l’image que vous regardez sur la rafale, elle sera toujours nette et précise. Bien évidemment, vous pouvez avoir quelques loupés, mais c’est très rare ! Avec des sujets petits comme les oiseaux par exemple, l’autofocus du Sigma 100-400 reste aussi performant (ce qui n’est pas le cas de tous les objectifs…).

Enfin, j’ai testé l’AF dans une des conditions les plus difficiles : à 400mm, avec un cheval lancé au grand galop. Rien de mieux pour vérifier la qualité de mise au point et la vitesse de rafraîchissement. 

Encore une fois, je n’ai pas été déçu. Plus le cheval s’approche, plus la profondeur de champ est réduite. La mise au point doit alors être d’une grande précision, et c’est très bien maîtrisé par le Sigma. Grâce à la détection des yeux, j’ai réussi à avoir la mise au point sur le cheval et non pas sur les gouttes. En bref, on est sur un excellent AF ! Silencieux, précis et extrêmement rapide, il reste performant quelles que soient les photos ou les conditions de luminosité. 

La stabilisation en photo et en vidéo 

J’ai fait ce test avec un prototype, donc la stabilisation en photo ne fonctionnait pas très bien. C’était d’ailleurs mentionné dans les limitations lorsque j’ai reçu ce prototype. Ça devrait donc être rapidement corrigé ! D’autant plus que la stabilisation en vidéo et celle du viseur sont excellentes, donc ça me paraissait étrange qu’elle soit insuffisante en photo. 

Un objectif qui reste performant en vidéo 

Si vous aimez faire de la vidéo, vous allez vous régaler avec cet objectif. La stabilisation est assez impressionnante, même si vous êtes à main levée. L’autofocus reste aussi très réactif en vidéo, mais il peut parfois hésiter au moment du zoom. 

Un bokeh très profond avec le Sigma 100-400mm 

Le bokeh du Sigma 100-400

Ce Sigma offre un beau bokeh, il n’y a vraiment rien à signaler. On a la chance d’avoir facilement une faible profondeur de champ, même sur un portrait serré à 400mm. Peu importe le sujet que vous photographiez, la compression des plans vous permet de bien faire ressortir votre sujet grâce au bokeh. 

Les défauts optiques du Sigma 100-400mm f5-6.3 

Un léger vignettage sur le Sigma 100-400

Vous aurez toujours un peu de vignettage, aussi bien à 100mm qu’à 400mm. Toutefois, c’est un vignettage qui n’est pas si dérangeant. Peu prononcé, il donne souvent du caractère aux photos. Il se rapproche d’ailleurs du vignettage naturel qu’on a tendance à rajouter lorsqu’on développe les photos. Quant aux aberrations chromatiques et au flare, j’ai eu beaucoup de mal à en trouver. Pour la distorsion, je n’ai eu aucun souci non plus. Cet objectif possède donc une bonne résistance aux défauts optiques, même dans des conditions réelles. 

Mon avis sur l’objectif Sigma 100-400mm 

Ma tête après le test du Sigma 100-400

En guise de conclusion, voici la tête que j’ai fait lorsque j’ai vu cet objectif et que je l’ai mis à l’épreuve. J’ai été bluffé par le piqué, le rendu des couleurs, l’autofocus, le tracking, la détection des yeux… Bref, un peu tout ! Mais aussi par le prix bien sûr : un objectif 100-400 mm proposé aux alentours de 1 000 €, c’est plutôt rare. 

Ce Sigma 100-400 f5-6.3 va très certainement devenir la nouvelle référence pour les boîtiers Sony. C’est une très bonne nouvelle pour les utilisateurs Sony, qui peuvent désormais choisir des solutions alternatives haut de gamme. Dans ces conditions, c’est difficile d’envisager l’achat d’un 100-400 GM qui coûte plus du double. 

Un grand merci à Sigma pour m’avoir fait confiance dans le lancement de ce projet. Si vous avez d’autres questions sur cet objectif, je reste à votre disposition dans les commentaires !