nouveau guide : "La vérité sur les belles photos" (gratuit)

avis Sony A9III : est-ce VRAIMENT une révolution ?

Table des matières

L’arrivée du Sony A9III marque un tournant dans la photographie. C’est le premier boîtier à inaugurer une nouvelle technologie très attendue… le Global Shutter. C’est quoi exactement ? Pourquoi c’est une révolution technologie ? Quelles nouveautés vont voir le jour avec ce Sony A9III ? Faisons le point. 

Comprendre la différence entre obturateur mécanique et électronique 

Obturateur global, électronique, mécanique… Il y a de quoi s’y perdre ! Pour bien comprendre l’intérêt du Global Shutter, il faut être au clair sur les modes d’obturation. 

Obturation mécanique 

À l’époque des reflex, on avait un obturateur mécanique. C’est une pièce mécanique avec un 1er rideau et un 2ème rideau. 

👎 Les défauts de l’obturateur mécanique : 

  • Produit un voile noir pendant une rafale ; 
  • Vitesse limitée à 1/8000 ;
  • Rafale limitée à 12 i/s ou 14 i/s ;
  • Obturation bruyante ;
  • Pas utilisable en vidéo ;
  • Contraignant pour le flash à cause de la vitesse de synchronisation. 

Obturation électronique 

Les constructeurs ont essayé d’évoluer en proposant un obturateur électronique (le rolling shutter). On le retrouve dans la majorité des hybrides. 

👍 Les avantages de l’obturateur électronique : 

  • Silencieux ; 
  • Vitesse de rafale plus rapide ; 
  • Plus de black-out pendant une rafale.

C’est beaucoup plus confortable à utiliser. Le problème de cette technologie-là, c’est que la lecture du capteur se fait ligne par ligne. Si votre objet est en train de bouger, ça va poser problème ! Vous ne pouvez pas non plus utiliser le flash.

💬 Par exemple : 

  • Si l’éclairage scintille, des bandes noires apparaissent sur l’image. 
  • Si vous prenez en photo un ballon de football en mouvement, il peut se transformer en ballon de rugby. 

Capteur empilé 

Pour essayer de réduire tous ces problèmes, les constructeurs sont passés à une nouvelle technologie : le capteur empilé

C’est un capteur électronique beaucoup plus rapide. Il lit toujours ligne par ligne, mais beaucoup plus rapidement que les capteurs électroniques traditionnels. 

Les problèmes sont les mêmes qu’en obturation électronique, mais ils sont diminués : 

  • moins de bandes noires en intérieur avec des éclairages LED ; 
  • moins de déformation d’objets. 

La solution à tout ça : un obturateur global ! 

La nouvelle technologie star du Sony A9III : le Global Shutter

L’arrivée de l’obturateur global (ou Global Shutter) vient clore une transition entre un monde limité par l’obturateur mécanique et électronique. 

Le Global Shutter lit tous les pixels du capteur en même temps et non plus ligne par ligne. Le capteur peut être lu en 1/80 000e de seconde. C’est du jamais vu ! 

Ça nous donne accès à une rafale ultra rapide de 120 i/s, là où on avait du mal à dépasser les 30 i/s. 

Si vous utilisez un flash, un nouveau monde s’offre à vous ! Vous n’avez plus de vitesse de synchronisation de flash qui vous est imposée, libre à vous d’utiliser le flash à toutes les vitesses. 

Un grand bravo à Sony ! Le A9III est la solution ultime aux problèmes de banding et de déformations. 

Une rafale à 120 i/s sans compromis 

Quand Sony annonce 120 i/s, il n’y a pas d’arnaque. C’est bien 120 i/s en pleine définition et dans la qualité de RAW que vous voulez. Ils n’ont pas supprimé le RAW non compressé comme l’a fait Nikon.  

Accès à tous les formats RAW 

Il n’y a même pas de diminution de la dynamique comme c’est le cas chez Canon où on passe de 14 bits à 12 bits en obturateur électronique. 

Rafale à 120 i/s permet de capturer l’instant précis 

Avec une rafale de 120 i/s, le découpage est beaucoup plus précis. C’est un bonheur à utiliser dans des scènes d’action où tout va très vite. Ça vous donne énormément de choix.

1 chance sur 4 d’obtenir cette photo sur un A1 ou un A9II 

Comment trier 120 i/s ? 

Rassurez-vous, vous n’allez pas passer des heures et des heures à toutes les trier une par une ! 

Sony a prévu le coup. Dès que vous faites une rafale, vous avez une pile de photos

Quand vous rentrez dans cette pile, vous pouvez la lire sous forme vidéo en accéléré (jusqu’à x5) ou en ralenti. Vous choisissez ensuite la photo qui vous plaît et Sony propose de garder cette photo et de supprimer tout le reste. Le tout depuis votre boîtier ! 

Un processus très bien pensé, qui fait gagner beaucoup de temps sur le terrain. 

Capacités du buffer

Une rafale de 120 i/s pendant 1,6 seconde, ce n’est pas extraordinaire. Ça fait quand même 6 Go/sec à encaisser pour le boîtier. 

Voici les résultats obtenus après les tests de buffer en RAW. 

En 120 i/s (RAW) : 

  • 120 images (1ère seconde)
  • 80 images (2ème seconde) 
  • 22 images (3ème seconde) 

En 60 i/s (RAW) : 4 secondes à 60 i/s puis 15 i/s. Vous avez déjà 4 secondes entièrement découpées. 

En 30 i/s, la rafale est quasi illimitée. J’ai pu prendre une rafale à 30 i/s pendant 15 secondes. 

Attention : ce n’est pas le même buffer que le A9II. On parle de buffer exprimé pour 120 i/s. Si vous diminuez la cadence de rafale, la capacité du buffer augmente. 

Pour tester le buffer, je prends en photo un chronomètre et je compte le nombre de photos prises sur une seule seconde en RAW compressé

Les particularités du Sony A9III

4K oversampling 

Le Sony A9III ne fait pas de 6k, mais il fait de la 4K oversamplée. C’est une qualité de 4K équivalente à celle du Sony A7 IV en 4K 25fps et 4K 60fps. 

Attention, le Sony A9III ne fait pas de 4k oversamplé en 4K 120. Pour autant, c’est le premier boîtier qui fait de la 4K 120 sans crop !  

Et surtout, il intègre le mode super 35 en 4K 120. Jusqu’à présent, on ne pouvait pas passer en mode super 35 en 4K 120 sur un A7S III ou un FX3. On peut désormais le faire sur ce Sony A9III. 

Un sacré boîtier vidéo ! 

Fiche technique vidéo :

  • ALL-INTRA
  • RAW 16 bits HDMI 
  • S-Cinetone 
  • S-Log3
  • Stabilisation dynamique 

ISO natifs

L’ISO natif du Sony A9III est à ISO 250 et non plus ISO 100 comme sur tous les autres boîtiers. C’est sûrement lié au Global Shutter. 

En photo de sport ou d’action, ce n’est pas gênant. À ISO 250 en natif, vous aurez des vitesses d’obturation qui sont 2x plus élevées que si vous étiez à ISO 100. C’est pas une mauvaise nouvelle ! 

Mais si vous faites du paysage en pause longue, là ça se complique. 

Autofocus avec les mêmes systèmes de détection du Sony A7R V 

J’ai retrouvé le système que je connais très bien sur le Sony A7RV avec les mêmes algorithmes de détection. 

Ces algorithmes ont marqué une vraie avancée, mais ils ne sont pas parfaits pour autant. J’estime que les algorithmes de détection de chez Canon sont un cran au-dessus de ce que propose Sony. 

Mais attention, je ne parle pas de technologie autofocus. Ce sont deux choses différentes, là je parle bien de la capacité à détecter le sujet. 

Le tracking fonctionne bien, mais il lui arrive de perdre son sujet.

Viseur 9 millions de points 

Avec un viseur de 9 millions de points pour 120 i/s, vous n’avez plus besoin de choisir entre qualité de l’affichage et vitesse de rafraichissement

Il est capable de faire les deux en même temps, ce qui était impossible sur un Sony A1. 

Mise jour Content Authenticity 

La mise à jour Content Authenticity est prévue pour bientôt sur le Sony A9III. C’est ce que Leica vient de mettre sur ses boîtiers. 

Ça permet aux reporters d’authentifier leurs clichés pour prouver qu’ils n’ont pas été manipulés par l’intelligence artificielle. 

Des nouvelles fonctionnalités intéressantes

Menu réglage gain de vitesse 

Sur le bouton personnalisable C5, on retrouve désormais un boost de la rafale. Si vous avez besoin de passer très rapidement à 120 i/s, il vous suffit d’appuyer sur le bouton C5. 

Réglage pré-capture 

On retrouvait la fonction de pré-capture chez toutes les autres marques, mais Sony ne le faisait pas encore. 

Sur ce Sony A9III, c’est chose faite ! Ils attendaient probablement d’avoir une technologie au point. 

  • Chez Nikon, la pré-capture est possible uniquement en JPEG
  • Chez Canon, on se retrouve avec un énorme fichier RAW qui fait plusieurs Go et dans lequel il faut isoler l’image qu’on veut garder. 

Sony a trouvé l’alternative parfaite : vous faites la pré-capture et vous pouvez ensuite choisir de récupérer ce qu’il s’est passé 1 seconde avant le déclenchement. Et vous récupérez ensuite un fichier RAW classique, pas d’empilage de RAW compliqué comme chez Canon, ou de fichiers JPEG comme chez Nikon. 

En combinant la rafale de 120 i/s + la possibilité de récupérer une seconde avant le déclenchement, ça vous donne accès à des photos inédites (une balle qui sort d’un carabinier par exemple). 

Fonction anti-poussière 

Même s’il n’y a pas d’obturateur mécanique sur ce boîtier, on garde la fonction anti-poussière. Le rideau est toujours présent lorsque vous changez les objectifs. 

Fonction d’empilation 

On a aussi une nouvelle fonction “d’empilation“ de RAW (n’importe quel type de fichier RAW). Très pratique en astrophotographie lorsqu’on fait de l’empilation pour supprimer le bruit. 

Le seul inconvénient, c’est que vous ne pouvez pas le faire directement à l’intérieur du boîtier comme c’est le cas chez Panasonic. 

💡 À savoir : ce n’est pas du pixel shift. Cette fonction n’utilise pas la stabilisation et peut se faire à main levée. 

Une évolution encore floue sur certains points 

Dual ISO

A priori, il n’y a pas de dual ISO sur ce boîtier-là. Aucun risque qu’il remplace le Sony A7S III sans dual ISO !

Sony n’a pas mentionné la montée en ISO. On peut s’attendre à une meilleure montée en ISO qu’un A9II, mais je n’y crois pas du tout ! Ça serait déjà beau d’avoir la même montée en ISO qu’un A9II. 

La technologie Global Shutter rend la montée en ISO un peu plus complexe à gérer, alors ne soyons pas trop exigeants ! 

Dynamique

Très étonnant, car Sony n’a pas dit un mot sur la dynamique alors qu’ils font toujours des conférences en parlant d’une dynamique incroyable à venir. 

Est-ce que Sony a décidé de faire un compromis sur la dynamique sur ce Sony A9III ? La question reste en suspend pour le moment… 

Les questions que vous vous posez sur le Sony A9III

Pourquoi un capteur de 24 Mpx ?

Le choix du capteur de 24 Mpx fait beaucoup réagir. Pourquoi Sony n’a pas mis un capteur 33 Mpx sur le A9III ? 

Pour ma part, je trouve que c’est déjà un exploit pour Sony d’avoir réussi à mettre cette nouvelle technologie sur un capteur de 24 Mpx. Ça aurait été vraiment incroyable qu’il le fasse directement sur un capteur haute définition. 

À mon avis, on aura ça d’ici les 5 prochaines années. Un peu de patience ! 😉

Quelles différences avec un Sony A1 ?

Il y a un vrai fossé entre l’autofocus du Sony A1 et l’autofocus du Sony A9III. 

Je suis souvent frustré par le niveau de détection de mon Sony A1. J’utilise beaucoup la détection des sujets et je vois bien que le A1 est un peu à la traine. 

Le tarif n’est-il pas trop élitiste ?

Le Sony A9III est vendu à 7 000 €. C’était la mauvaise nouvelle de l’annonce, on l’attendait plutôt à 4 500 €. Mais sur le long terme, c’est ce qui va permettre de rendre le capteur empilé plus accessible ! 

Je m’explique : Sony ne peut pas se permettre d’avoir que des boîtiers à 7 000 €. Il y a un trou qui vient de se créer et je pense que ça va rendre les nouveaux modèles beaucoup plus accessibles. Il va juste falloir attendre un peu avant que la nouvelle roadmap se mette en place. 

Le guide Sony

livre Sony

À propos

Damien BERNAL

Je m’appelle Damien BERNAL et j’ai créé ce blog pour partager ma passion avec vous.  Sony avec sa gamme Alpha a créé un univers très riche et nous allons l’explorer ensemble. Les articles sont la pour répondre à vos questions.

Catégories

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *