nouveau guide : "La vérité sur les belles photos" (gratuit)

Test Sony FE PZ 16-35mm f4 G : un objectif très surprenant !

test Sony PZ 16-35 F4

Table des matières

Carte d'identité de l'objectif

Nom : Sony FE PZ 16-35 mm f/4 G

Diaphragme : 7 lamelles

AF : oui

Stabilisation : non

Construction : 13 éléments répartis en 12 groupes

Étanchéité : oui

Diamètre du filtre : 72mm

Dimensions : 80,5 mm x 88,1 mm

Poids : 353g

Distance de mise au point min : 0.28m

Agrandissement max : 0.19x

Compatible TC : Oui

Prix : 1496 €

Il est temps de faire le test du Sony FE PZ 16-35 mm f4, un objectif étonnant qui risque de vous surprendre ! À première vue, je m’attendais à un objectif d’entrée de gamme. Qui dit power zoom, compacité et légèreté, dit piqué moyen, beaucoup de flare et d’aberrations chromatiques. Et pourtant, c’est tout l’inverse ! Découvrez pourquoi j’avais tout faux dans ce test du Sony FE PZ 16-35 mm f4. 

Quelles nouveautés sur ce Sony FE PZ 16-35 mm f4 ? 

Ces dernières années, la fabrication des objectifs a connu énormément d’évolutions. Ce Sony 16-35 mm f4 ne fait pas exception à la règle ! 

Focus by Wire 

Sur la plupart des anciens objectifs, la bague de zoom était mécanique. Désormais, elle est électrique ! C’est ce qu’on appelle le « Focus by Wire ». L’avantage ? 

  • L’objectif est moins lourd 
  • L’autofocus est plus rapide
  • La bague est configurable 

Sur ce FE PZ 16-35 mm f4, la bague de zoom est donc bien électrique, au même titre que la bague d’autofocus. Sony a tout simplement repris les moteurs AF typiques de tous les objectifs Sony. La seule différence, c’est que ces moteurs sont maintenant capables de zoomer. C’est 100 % silencieux, précis et rapide. 

Vraie compacité 

En comparaison avec les autres solutions équivalentes, ce Sony 16-35 mm est vraiment le plus compact. C’est exactement ce qu’il me manquait dans mon sac photo Sony ! Personnellement, j’aime bien associer un 16-35 mm avec un 70-200 mm, et Sony propose maintenant les deux plus légers du marché. 

Aucun compromis sur l’ergonomie  

Mais attention, même si le FE 16-35 mm f4 est très compact, Sony n’a fait aucun compromis sur le reste : 

  • Focus et zoom by wire 
  • Bague d’ouverture 
  • Switch AF/MF
  • Bouton programmable 
  • Nouveau bouton pour gérer le focus by wire 
  • Bouton de verrouillage pour l’ouverture 
  • Bouton pour décliquer la vidéo et éviter le bruit avec la bague d’ouverture 

Tout y est, on est vraiment sur un objectif premium ! 

La seule chose qui manque, c’est la présence d’un petit écran sur l’objectif (comme ce qu’on peut retrouver chez Nikon par exemple). Comme la bague de zoom n’est pas graduée, ça permettrait de savoir exactement sur quelle focale on se trouve. 

Comment fonctionne la bague de zoom By Wire ? 

C’est très simple, ça fonctionne exactement comme une bague de zoom classique. En quelques heures, j’avais même oublié que c’était un power zoom tellement ça se manipule naturellement. 

Le gros point fort de ce power zoom, c’est qu’il fonctionne avec des moteurs autofocus. C’est ultra rapide et silencieux, on ne se rend même pas compte qu’il y a des moteurs à l’intérieur !

En photo, ça ne change pas grand-chose d’avoir ce type de zoom, mais en mode vidéo, c’est très agréable à utiliser ! Vous pouvez par exemple : 

  • Zoomer sans avoir besoin de toucher l’appareil (avec une télécommande) ; 
  • Faire du timelapse et contrôler le niveau de zoom au fil du temps. 

Bref, il y a plein de possibilités et le rendu est vraiment sympa ! 

Test des performances optiques du Sony FE PZ 16-35 mm f4 

Spoiler : j’ai pris une vraie claque avec cet objectif ! Allez, je vous montre. 

Piqué 

À 16 mm 

Piqué au centre, 16 mm f4
Piqué sur les côtés, 16 mm f4

Sur un capteur haute résolution de 50 Mpx, le piqué est impressionnant. Et pourtant, je suis à pleine ouverture et à 16 mm. Ce nouveau Sony FE PZ 16-35 mm f4 est celui qui offre le meilleur piqué. L’écart avec l’ancienne génération est flagrant. Il fait même mieux que le Tamron 17-28 mm f2.8 qui est réputé pour sa qualité optique. 

J’obtiens les mêmes résultats en fermant à f8, le piqué est incroyable. 

À 35 mm

Piqué 35 mm au centre
Piqué 35 mm sur les côtés

35 mm, c’était la focale où l’ancien Sony Zeiss 16-35 mm f4 était le plus faible. Et là, aucun souci pour le nouveau FE PZ 16-35 mm f4 ! L’écart entre les deux générations est significatif, vous n’obtiendrez pas du tout le même piqué.  

La hiérarchie entre ces 3 objectifs est très claire : 

  1. Le dernier Sony 16-45 mm f4 est époustouflant dès la pleine ouverture, que ce soit à 16 mm, 24 mm ou 35 mm. 
  2. Le Tamron 17-28 mm f2.8 se situe entre les deux. 
  3. L’ancien Sony Zeiss 16-35 mm f4 est loin derrière ! 

Aberrations chromatiques 

Ce qui est étonnant, c’est que les aberrations chromatiques sont aussi très bien contrôlées. C’est vraiment bluffant par rapport à l’ancienne génération ! 

Vignettage 

Sony FE PZ 16-35 mm f4 à gauche, Sony Zeiss 16-35 mm f4 à droite

Je m’attendais à avoir un objectif avec beaucoup de vignettage, et pas du tout ! Il y en a vraiment très peu, aussi bien à 24 mm qu’à 35 mm. 

Flare

J’ai eu beau chercher du flare dans des angles difficiles et avec le soleil en face, c’était très difficile d’en avoir ! 

Habituellement, ces petits objectifs obligent toujours à faire quelques compromis, surtout à 16 mm. Avec ce Sony PZ 16-35 mm f4, pas besoin ! Chapeau Sony. 👏

Présence de distorsion 

Le seul compromis que Sony a accepté de faire, c’est la distorsion. Et encore, vous allez difficilement la voir ! Elle est corrigée automatiquement par l’appareil photo. Même sur Capture One, il y a un profil intégré dans le fichier RAW pour corriger la distorsion. 

Il faut vraiment enlever cette correction pour s’en rendre compte. L’ancienne génération n’y était pas sensible, mais c’est vrai que sur le nouveau Sony 16-35 mm f4, la distorsion est très présente. Mais comme elle se corrige très bien et qu’elle n’abîme pas le piqué, c’est pas vraiment un problème pour moi. 

Piqué conservé avec la distorsion corrigée

On aurait pu penser que la correction de la distorsion allait abîmer le piqué sur les bords, mais pas du tout ! Le piqué est toujours supérieur à l’ancienne génération, malgré la correction. 

Exemple d’une distorsion en coussinet à 35 mmm 

À 35 mm, la distorsion est un peu différente puisqu’il s’agit d’une distorsion en coussinets. Elle est toujours plus prononcée que sur l’ancienne génération, mais elle se corrige toujours aussi bien. 

Alors oui, la distorsion est bien présente sur ce Sony FE PZ 16-35 mm f4, mais ce n’est pas gênant ! Tant qu’elle est bien corrigée et que le piqué est toujours au rendez-vous, je valide. 

Soleil en étoile 

Si vous aimez faire des sunstar, sachez que ce n’est pas le point fort de cet objectif. Le soleil est tout petit, les rayons ne sont pas très bien dessinés… Dommage, ce n’est pas forcément l’objectif le plus optimisé pour ça. 

Comparaison avec le Sony FE 16-35 mm f2.8 : quelles différences entre ces deux objectifs ? 

Cet objectif est tellement performant que j’ai voulu le comparer au Sony FE 16-35 mm f2.8, un objectif beaucoup plus lourd et imposant. 

À 16 mm 

Le piqué est quasiment identique, il faut vraiment zoomer à 200 % et chercher la petite bête pour dire que le f2.8 est supérieur. Il n’y a peut-être que sur les côtés que la version f2.8 offre un meilleur piqué, mais c’est vraiment léger. Pour moi, ils sont à égalité ! 

À 35 mm 

En zoomant à 200 % pour exacerber les différences, j’ai presque l’impression que la version f4 offre un meilleur piqué et plus de contraste. C’est valable aussi bien au centre que sur les côtés. 

À 16 mm, le 16-35 mm f2.8 fait légèrement mieux sur les côtés, mais à 35 mm, c’est le 16-35 mm f4 qui le dépasse (et pour le coup, c’est beaucoup plus visible !). 

Ce Sony FE PZ 16-35 mm f4 arrive à tenir tête à la version f2.8, et c’est pas rien ! 

Sony FE PZ 16-35 mm f4 : un objectif qui change la donne en vidéo 

En photo, cet objectif tient ses promesses, mais qu’en est-il du mode vidéo ? Sans surprise, c’est une réussite ! 

Le seul regret qu’on peut avoir, c’est l’absence de stabilisation. Alors certes, les capteurs des derniers hybrides Sony sont stabilisés, mais une stabilisation de l’objectif n’aurait pas été de refus. Vous allez voir, tout le reste est parfaitement optimisé ! 

Un power zoom pour être plus créatif 

Le power zoom offre plein d’avantages : 

  • Enlever le follow focus dans certaines situations ; 
  • Contrôler le niveau de zoom à distance avec une télécommande ;
  • Changer le zoom depuis l’extérieur si vous êtes dans une voiture ; 
  • Changement de focale plus esthétique ; 
  • Réglage de la vitesse de zoom ; 
  • Effet vertigo en réglant le zoom sur une vitesse constante (grâce au bouton TW présent sur l’objectif). 

Et comme c’est un objectif léger, vous allez pouvoir le mettre sur un gimbal plus petit, et pourquoi pas sur un drone. Je vous laisse imaginer toutes les possibilités de vidéos à faire… ! 

Réglage de la vitesse du zoom dans le menu

Un objectif parfocal et sans focus-breathing 

En tant que vidéaste, c’est indispensable d’avoir un objectif parfocal (mise au point conservée pendant le zoom). Et s’il n’y a pas de focus-breathing, c’est encore mieux ! Encore deux points forts pour ce Sony FE PZ 16-35 mm f4. 

Un autofocus ultra réactif 

L’autofocus est évidemment irréprochable. Il tient haut la main sur une rafale de 30 i/s avec un Sony A1

Une qualité vidéo 8K 

J’ai testé la 8K sur quelques plans, et ce Sony 16-35 mm f4 est capable de l’exploiter pleinement. 

Une mise au point linéaire 

L’autre chose à savoir, c’est que la bague de mise au point est linéaire. Vous pouvez donc mettre des petits marqueurs dessus pour faire vos plans facilement et avoir un résultat similaire. Pour les vidéastes, ça change la donne par rapport à d’autres objectifs ! 

L’ouverture à f4 est-elle un problème ? 

Je vais être honnête avec vous : je m’en fiche complètement ! Pour tout vous dire, la plupart des objectifs que j’utilise en voyage sont des objectifs f4. 

Aujourd’hui, les capteurs ont énormément évolué et les logiciels de post-traitement font des trucs de dingue. Quand vous associez l’évolution des capteurs dernière génération à la puissance des logiciels, ça ne change pas grand-chose d’avoir un objectif f4 ou un objectif f2.8 ! Ce qui compte, c’est d’avoir un objectif qui ne fait aucun compromis sur le piqué ou les défauts optiques

Ce Sony FE PZ 16-35 mm f4 offre le même piqué que la version f2.8, n’a pas de flare ni d’aberrations chromatiques… C’est le plus important ! En vidéo, c’est la même chose. Un objectif f4 ne me gêne pas tant qu’il est parfocal, qu’il n’a pas de focus-breathing et qu’il propose un focus linéaire. 

Et ce Sony 16-35 mm f4, il coche toutes ces cases ! Alors son ouverture f4, on s’en fiche un peu, c’est pas ça qui compte.😉

Et vous, que pensez-vous de cet objectif ? Il vous tente ? 

En conclusion

Un objectif que je vous recommande sans hésiter ! L’ouverture à f4 n’est pas un problème puisque toutes les performances optiques sont au top. Piqué, autofocus, qualité vidéo, gestion des défauts optiques… Il s’en sort mieux que la première version et égale quasiment le Sony 16-35 mm f2.8.

8/10

  • Piqué exceptionnel
  • Compacité et légèreté
  • Parfait pour les vidéastes
  • Pas d’aberrations chromatiques
  • Pas de flare
  • Zoom by Wire
  • Pas de stabilisation
  • Pas d’écran sur l’objectif pour choisir la focale

Le guide Sony

livre Sony

À propos

Damien BERNAL

Je m’appelle Damien BERNAL et j’ai créé ce blog pour partager ma passion avec vous.  Sony avec sa gamme Alpha a créé un univers très riche et nous allons l’explorer ensemble. Les articles sont la pour répondre à vos questions.

Catégories

Partager
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Tout (ou presque) ce que vous avez toujours voulu savoir sur les appareils et les objectifs Sony. 

Catégories populaires
Damien Bernal © - Tous droits réservés